Ramène La Popotte

Semaine du goût 2020

Semaine du goût 2020

Cette année, la semaine du goût s’est tenue du 12 au 18 Octobre 2020. Le parrain cette année est Grégory Cohen.

La semaine du goût a été créé en 1990. C'est l'événement clef chaque année qui met en relation les professionnels mais également les professionnels avec le grand public et notamment les plus jeunes. Je trouve cette initiative primordiale pour inculquer le bien manger aux plus jeunes mais également pour leur faire découvrir notre terroir et patrimoine culinaire. Et ce, que ce soit à l’école, à la maison, par des animations organisées ou tout événement.

 

Compte-tenu de l’année si particulière que nous avons traversée, j’avais envie de participer à ma manière avec un peu de légèreté. 

Tous les jours, j’ai posté en story d’Instagram une photo d’un visage souhaitant bonne journée composé de fruits et légumes, un peu à la manière d’Arcimboldo mais en moins élaboré !

Ce sont les photos de cet article.

Car oui, la nourriture peut être amusante, décalée, le tout est de prendre du plaisir en cuisinant ou plus simplement en découvrant.

 

Depuis que ma fille est entrée en maternelle en petite section, elle mange à la cantine. Le rituel en allant la chercher après qu’elle m’ait racontée sa journée était de lui demander : Qu’as-tu mangé à midi ? Je le savais déjà car une application existe nous indiquant les menus journaliers. Je voulais qu’elle nomme ce qu’elle avait eu dans l’assiette ou son ressenti.

L’apprentissage passe par là également. Nommer les aliments avec le bon nom, je lui montrais sur internet à quoi il ressemblait en cas de doute.

La question qui suivait était : Tu veux manger quoi ce soir ?

Vous savez quoi ? C’est toujours le même rituel et elle est en CM1.

La différence est qu’elle ne se trompe pratiquement plus quand elle me dit le menu sauf pour différencier les viandes et encore.

 

Je lui ai toujours dit de prendre de bonnes habitudes (alimentaires) et quand elle serait grande elle le ferait de manière automatique.

Je ne l’ai jamais empêché de manger quoi que ce soit. Juste varié, équilibré et de temps en temps se faire plaisir. Parfois, elle va manger beaucoup. D’autres fois, moins. Je la laisse gérer son appétit sauf si je vois que c’est de la gourmandise plus que de la faim et qu’elle risque d’avoir mal au ventre. Elle ne comprend pas toujours mais finit systématiquement par dire « tu avais raison, je n’ai plus faim ».

Les enfants ont des périodes de croissance et leurs besoins s’en ressent ; la nature est bien faite et s’adapte en fonction de ces périodes. Il ne faut jamais priver un enfant de manger.

 

Ce qui a été compliqué à mettre en place dans cette diversification est difficile à expliquer clairement. Je vais vous lister ce qui a été décidé :

- On ne mange pas de féculents (riz, pâtes) aux deux repas. Si elle mange des féculents à midi, elle mange des légumes le soir. Si elle mange des légumes à midi, elle peut manger des féculents le soir ; sachant que je rajoute une touche de légumes pour la couleur et le goût.

- On ne mange pas de viande aux deux repas. Si elle a mangé du poisson, des œufs ou repas végétarien (si si, ça arrive je vous assure), je peux faire l’impasse si elle a faim en lui donnant un peu de jambon, un œuf dur ou une omelette.

- On tente de ne manger du fromage qu’une fois par jour mais dans une maison où l’on est fromage addict c’est quasi impossible !

Pas grand chose finalement, vu que c’est ce que nous faisons déjà à la maison pour nous adulte.

 

Voilà ce qui a changé aussi quand je lui demande ce qu’elle veut manger le soir.

Elle me dit d’elle-même, j’ai mangé Ça à midi donc tu peux me faire Ça ?

Elle ne finit jamais son repas sans un fruit ou une compote. Sinon, il lui manque quelque chose, comme un repas non fini.

 

Je cuisine le plus possible avec elle depuis toujours ou je la fais participer. Elle a toujours goûté les aliments crus et cuits. Chauds et froids.

Elle va dévorer un aliment chaud mais va le détester, littéralement, s’il est froid. Pareil entre le cru et le cuit, ça n’a pas le même goût et elle va avoir sa préférence.

Avec le confinement, on a passé beaucoup de temps en cuisine : pizza maison, gâteaux, légumes, apéritif, elle adore cuisiner !

Elle s’est découvert de nouveaux aliments passion, c’est assez drôle d’ailleurs.

 

La saisonnalité des produits est importante et surtout expliquer pourquoi. Petite, elle ne comprenait pas ce que ça voulait dire, l'intérêt, et j’ai acheté des tomates en hiver si j’en trouvais mais elle les trouvait sans goût. Comme d'autres légumes.

Le meilleur moyen pour que les enfants comprennent est l’expérience, qu’ils se rendent compte des choses par eux-mêmes. Par le jeu. Ce n’est pas la saison, ce n’est pas grave. En acheter une fois pour les mettre en situation me paraît plus important.

Les enfants sont malins, intelligents si on prend le temps de parler avec eux et de leur répondre, ils apprendront plus vite.

 

Je vais vous raconter deux anecdotes qui m'amusent toujours autant.

Petite, nous l'avons emmené dans un parc d'attraction où les princesses sont à l'honneur et vous savez comme moi que les files d'attente sont interminables et pour les enfants ce serait presque des millénaires !

Notre astuce est d'avoir des gourmandises mais pas celles que vous croyez. Imaginez en pleine attente, ma puce qui me demande de lui donner des raisins secs, des noix ou des noix de goji ! Certains parents autour m'ont regardé se disant sûrement pourquoi je ne lui donnais pas de bonbons ou autre sucrerie. Et bien parce que tout simplement, pas la peine de se justifier. Elle aime ça et c'est sa nounou qui faisait ça ; elle donnait des raisins secs aux enfants s'ils avaient un creux pour attendre et ça a toujours marché ! Rassurez-vous, je ne suis pas un bourreau non plus et dans la journée elle a eu une sucette et quelques friandises.

L'autre anecdote s'est déroulée l'année dernière. Nous sommes partis en vacances et avons beaucoup marché. Un jour, nous sommes allés dans un marché réputé après une balade et elle avait faim. Nous sommes passés devant un stand de parin/viennoiseries/gâteaux et on lui a dit de choisir ce qu'elle voulait. Et bien, elle ne voulait rien car rien ne lui faisait envie. Je lui propose rigolant une pomme ou une banane et elle me répond oh oui une banane ! J'ai fait la queue pour une banane qu'elle a mangé alors que je n'avais pas fini de payer.

 

J’espère que cet article vous a plu. J’ai partagé avec vous un rapide moment sur ma vie en cuisine et l’alimentation avec ma fille. Cela change des recettes.

Pour certaines recettes, je vous le dis lorsque je les réalise avec ma fille pour vous montrer que tout est possible et que ce n'est pas compliqué.

C’est cela que j’aime dans l'animation des ateliers culinaires avec les enfants : ils sont curieux et volontaires d’apprendre. Ils ne vont pas juger un aliment sur sa forme ou sa couleur. Et surtout ils adorent goûter.

Faites-leur confiance et proposez-leur des activités à la maison, ils en seront ravis !

Partager c'est aimer

© 2017 RamèneLaPopotte